Pour mon quatrième jour dans la capitale, je ne trouve toujours personne d’intéressé pour partir avec moi pour un tour dans le Sud en direction du Gobi… C’est étrange car c’est pourtant en temps normal le parcours le plus prisé des touristes. Bref, par conséquent, je suis à nouveau devant l’arrêt de bus pour Terelj Park à 16 heures. Cette fois, il y a également un groupe de touristes qui attend avec moi et je ne rate pas le bus.

Nous devons bien mettre deux heures pour arriver à destination, j’en profite pour prendre de nombreuses photos sur le chemin car le paysage qui défile est magnifique.

P1200142

P1200183

P1200191

P1200230

P1200255

Une fois dans le village, je demande où se trouve la principale guest-house au chauffeur et à des touristes croisés en chemin qui viennent de passer quelques jours, apparemment, c’est un peu plus loin et je décide de rester dans le bus malgré le fait que les autres touristes soient sortis.

Malheureusement, il s’avère que le conducteur de bus ne m’avait pas bien compris et il me propose alors une auberge qui coûte près de 30 ou 40 euros la nuit et je refuse d’aller là-bas. Je lui dis alors que je pense retourner à pieds au village car il n’est pas très loin. J’en profite pour prendre quelques photos des yaks à proximité du garage où a été parqué le bus. Le lieu n’a rien à voir avec l’idée qu’on se fait d’un dépôt de bus…

Finalement, peu après, le propriétaire de la maison qui héberge le chauffeur et son collègue (qui s’occupe de récolter l’argent du prix des billets) me proposent d’entrer dans sa maison pour manger un morceau. Je me sens alors un peu mal à l’aise et je refuse, mais comme il insiste gentiment alors je le suis jusque dans la salle à manger qui est également la chambre à coucher pour tout le monde. Je lui précise alors bien que je n’ai pas beaucoup d’argent et que je ne suis pas intéressé si par la suite il faut que je lui donne quelque chose. Malgré toutes les difficultés que j’ai pour communiquer avec lui, je crois qu’il m’a bien compris et m’invite malgré tout à leur table. Je reste encore un peu hésitant mais je me dis que malgré tout, c’est pour ce type de moment privilégié avec la population locale que je fais ce voyage alors j’accepte et m’assoit avec eux. Nous mangeons alors des côtes de yak, c’est un peu gras mais assez bon.

Les mongols aiment beaucoup la graisse et je la leur laisse bien volontiers. Il faut dire qu’ils mangent absolument tout et ne s’arrêtent de manger qu’une fois qu’ils sont parvenus jusqu’à l’os de chaque pièce de viande. Impressionnant !

Comme je veux leur montrer que j’apprécie vraiment leur hospitalité, j’ouvre mon paquet de chips et leur propose de le partager avec moi. Ils acceptent de manger quelques chips mais n’ont plus très faim visiblement. Le plus important, c’est qu’ils remarquent que je fais un effort pour essayer d’être gentil et de m’intégrer. Le propriétaire me propose ensuite de dormir chez lui et comme nous avons déjà un peu sympathisé, j’accepte plus facilement.

Malheureusement, je ne peux pas discuter avec eux comme je le voudrais car ils ne parlent quasiment pas du tout anglais. Je me contente donc de sourire et de les saluer parfois pour leur témoigner ma reconnaissance.

P1200257

P1200260

P1200263

Le propriétaire qui m'a acceuilli

Le propriétaire de la maison me propose alors de boire une tasse de vodka pure. Ce n’est pas forcément quelque chose que j’apprécie, mais je crois qu’un refus à ce moment-là aurait pu le blesser alors je m’exécute avec un peu de difficultés ce qui semble beaucoup les amuser… Je rigole alors de bon cœur avec eux. Après avoir finis de manger, nous regardons tous ensemble TAXI 3, le film français, mais en langue mongole.  Puis ensuite, nous regardons une émission de gags (il me semble que c’est une émission québécoise). Comme quoi, les mongols doivent apprécier notre culture ! C'est bien pour moi car la barrière de langue n'est pas un problème pour ce genre de programme.

Après nous être bien divertis, il est temps d’aller nous coucher. Je dors alors dans un sac de couchage par terre, mais je suis bien trop content du déroulement de la soirée pour me plaindre et puis de toute façon cela me suffit amplement.