Le matin, je quitte le train pour me rendre dans un premier bus. Il y a une foule de touristes avec moi et nous sommes alors répartis par destination. Finalement, l’organisation du transfert est rodée et nous partons assez vite en direction du port, où tous les touristes de mon bus embarquent en ma compagnie. A bord, étant donné la vitesse du bateau et les chocs répétés de la coque sur les flots, j’ai un peu la nausée et je regrette alors de ne pas descendre au premier arrêt, Koh Samui... Et je garde donc mon mal en patience. Surtout que je ne suis pas le seul à ressentir le mal de mer, car je vois beaucoup de passagers grimacer et certains d’entre eux ont même déjà pris la précaution de demander un sac plastique… Ce qui n’est pas sans me rappeler mon voyage aux îles Galapagos où le transfert en bateau de l’île de Santa Cruz à celle d’Isabela avait été terrible, car tout le monde retenait sa respiration, et le passager à côté de moi avait vomi et s’était senti mal tout le long du trajet, qui dura plusieurs heures… 

Bref, j’arrive tout de même sain et sauf à Koh Pha Ngan en fin de matinée, et je prends alors un taxi collectif pour me rendre dans l’auberge de jeunesse que j’ai déjà réservé (les périodes de fête sur l’île poussent tous les touristes à réserver à l’avance sous peine de ne pas avoir d’hébergement). Malheureusement, une fois sur place, je découvre que les tarifs sont plus chers que ce qui était indiqué sur internet… Je suis alors remonté, car leur procédé est assez malhonnête, mais n’ayant pas d’autre alternative, je finis par payer le montant demandé surtout qu’après avoir fait un tour du village touristique, je réalise qu'il n'y a rien de moins cher...

Fatigué par le voyage, je passe alors une bonne partie de l’après-midi dans ma chambre surtout que le temps est maussade dehors. Et c'est alors que je fais la connaissance d’un allemand dans mon dortoir, lui aussi en train d’accomplir un tour du monde. Mais lui, n’en est pas encore à un niveau aussi avancé que moi puisqu’il lui reste encore plus de la moitié du parcours à réaliser. Je dois dire que je suis très surpris de le rencontrer ici, car Koh Pha Ngan n’est pas vraiment le repère des baroudeurs mais plutôt celui des fêtards ! Mais enfin, après tout, je suis là moi aussi, donc rien n'est impossible ! Bref, nous échangeons alors un peu sur nos parcours respectifs et nos tribulations. Il me dit par exemple avoir beaucoup aimé l’Afrique du Nord et surtout le désert du Sahara en Algérie, où commencèrent ses pérégrinations. Ensuite, il est allé en Egypte (entre les deux révolutions, la situation était encore relativement calme) puis en Jordanie où il a vu respectivement les pyramides, et la cité de Petra, entre autres. Après le Moyen-Orient, il est allé directement en Inde puis au Myanmar, avant de se rendre en Thaïlande si je me souviens bien (je dois reconnaître que ma mémoire n’est plus bien claire à ce sujet). Et il m’explique aussi qu’après avoir exploré l’Asie du Sud-Est, il projette d’aller en Amérique du Sud. Son voyage doit durer un an au total, et il est à son quatrième mois de voyage. Par ailleurs, il me confie être un fervent catholique, et du coup, il me confesse qu'il n'est pas vraiment dans son élément sur cette île car il n'est pas un grand fan des soirées arrosées... Une île sur laquelle il ne s'est finalement rendu que pour retrouver un ami afin de passer les fêtes de fin d'année avec lui.

D'ailleurs, à ce propos, je rencontre ensuite ses collégues, c'est à dire son ami canadien Thomas et un australien rencontré sur place. Il m’explique qu’il a fait plus ou moins un chassé croisé avec son ami, car il l’a d'abord rencontré en Inde, puis, après avoir fait un bout de chemin ensemble, ils se sont séparés, avant de décider de se retrouver ici en Thaïlande pour les fêtes de fin d'année.

Le soir, nous allons jouer tous les quatre au billard avant de sortir en soirée sur la plage, et je dois dire que, de ma vie, je n’ai jamais vu quelqu’un jouer aussi bien que leur ami australien, Kevin. Du coup, je n’ai pu gagner une partie que lorsque j’ai joué avec lui… Alors que pourtant je ne me débrouille normalement pas si mal.

Pour les quatre journées suivantes, rien de véritablement intéressant à signaler, si ce n'est que les soirées s'enchaînent et que je ne participe qu'à quelques-unes pour m'économiser un peu. Surtout que je tâche aussi de profiter de la plage du golfe de Thaïlande magnifique ainsi que du paysage tropical et exotique très agréable de l'île.

P1290550

Les pieds en éventail, journée farniente

P1290567

P1290548

P1290575

P1290580

P1290590

 Joli coucher de soleil sur le golfe de Thaïlande

Mon séjour ici se termine en beauté avec la "Full Moon Party", un des événements festifs les plus célèbres de toute l’Asie. Un événement, qui comme le nom l'indique, n'a lieu qu'une fois par mois, lors de la pleine lune ! Un détail amusant : pendant ces quelques jours, j’ai retrouvé sur l'île les deux filles suédoises que j'avais rencontrées lors du trek de l’Annapurna, elles étaient alors dans un autre groupe et avec un autre guide, mais nous avions alors eu l'occasion de discuter un peu ensemble lors des différents breaks dans les refuges d'altitude. Et les revoir ici est tout à fait inattendu. Comme quoi, le pouvoir attractif de Koh Pha Ngan sur tout le continent asiatique n'est plus à démontrer !

IMG_0249

les rues du village vacance sont bondées en début de soirée

IMG_0245

Les commerçants font des affaires !

IMG_0261

IMG_0262

Les thaïlandais sont prêts à écrire n'importe quoi sur leurs panneaux publicitaires pour vendre quelque chose aux touristes

IMG_0263

IMG_0271

Soirée Full Moon où à peu près tout le monde se déguise, j'ai pour ma part revêtu ma casquette de marin acheté à Odessa, en Ukraine

IMG_0288

IMG_0255

Dans l'ordre, les trois américains qui ont emmenagé dans mon dortoir, l'ami canadien de l'allemand tourdumondiste, et moi

Je quitte Koh Pha Ngan en fin d’après-midi le samedi, et en début de soirée, j’embarque à nouveau dans un bateau pour le retour vers le continent. Cette fois, la durée du voyage est bien plus longue mais la route est bien moins agitée me permettant ainsi de dormir à mon aise dans l’embarcation. Par ailleurs, je dois dire que si j’ai bien aimé ces quelques jours à Koh Pha Ngan, je suis aussi bien content de repartir à l’aventure afin de découvrir de nouvelles régions du globe. Sans doute me suis-je habitué à voyager à un rythme élevé ? Car maintenant, après quelques jours dans un même endroit, je commence vite à avoir des fourmis dans les jambes, et je culpabilise rapidement si je n’optimise pas mon temps sur place !