Après un trajet sans problèmes depuis KL, je me retrouve enfin au passage à la frontière, toujours très pointilleux, et surtout périlleux, car il est toujours possible qu’un inconnu ait mis de la drogue dans notre sac à notre insu, ce qui ici, peut signifier la peine de mort, la loi étant extrêmement stricte ! Après le passage au scanner, j’arrive donc à Singapour en début de soirée et je pénètre alors sur le territoire non sans oublier de remercier le ciel de m’avoir épargné d’une si mauvaise surprise. A savoir donc, qu'en arrivant à Singapour, on entre en effet dans l’Etat le plus sécuritaire et le moins dangereux du monde (peut-être que le plus grand danger est d’ailleurs de ne pas respecter la loi sans le savoir), et donc aussi dans un Etat extrêmement strict et sévère dans l’application de la loi. Et à ce titre, au-delà de la répression très dure par rapport à ce qui existe avec nos institutions, il y a aussi d’autres variantes surprenantes comme l’interdiction de fumer dans la rue, de jeter des chewing-gums sur le bitume, de boire ou manger dans les transports en commun, etc. Et donc un ensemble de lois qui sont assez nouvelles et déroutantes pour les non-initiés.

Le soir, n’ayant pas moyen de communiquer avec la couch-surfeuse qui avait proposé de m’accueillir pour les deux prochaines nuits (je n’ai pas de portable), je demande à un passager de mon bus, si je peux emprunter son portable pour la joindre. Lui, très gentiment accepte de m’aider et me fait même déposer à un endroit stratégique de la ville par son taxi de manière à ce que Riska, que je dois rencontrer pour le couchsurfing puisse me trouver facilement.

Sur le lieu de rencontre, je n'attends que quelques minutes, avant de reconnaître Riska qui vient à ma rencontre. Soulagé, je la salue, puis je la suis en direction de son appartement, et après y avoir déposé mes affaires, nous repartons en ville à proximité pour manger ensemble au restaurant, et faire un petit tour des lieux environnants. Riska est tellement gentille qu’elle propose même de m’inviter et de payer l’intégralité de la note, d'ailleurs elle le fait à chaque fois que nous faisons quelque chose ensemble. Je me sens alors un peu gêné, et je suis d’ailleurs obligé d’insister pour qu’elle ne paye pas tout...

Petite parenthèse à ce propos : en termes de prix, Singapour, aussi appelée "la Suisse de l'Asie" (et on comprend pourquoi), est très chère pour un pays asiatique (environ 10-20% de moins seulement par rapport à la France). Si cela paraît correct à première vue, il faut garder à l'esprit qu'avec le Japon et Hong-Kong, cela correspond à ce qui se fait de plus cher sur tout le continent asiatique !

P1300357

Clark Quay

P1300360

A l'intérieur de la structure, se trouve un complexe de restaurants & pubs - un lieu très sympa le soir, et très fréquenté par les expats occidentaux

P1300367

P1300388

Bref, pour revenir à Riska et la présenter en quelques mots : Riska est indonésienne, mais elle et son frère vivent en colocation dans un appartement avec d’autres indonésiens afin de réaliser leurs études à Singapour. Très curieuse et ouverte, Riska, à défaut de pouvoir vraiment voyager à l’heure actuelle, aime rencontrer des voyageurs internationaux pour partager leurs expériences et découvrir leurs moeurs, souvent très différentes de ce qu'elle connaît. Sans doute aimerait-elle pouvoir quitter la région de l'Asie du Sud-Est à un moment de sa vie, et en attendant que ce jour arrive, elle se plaît à rencontrer des étrangers voyageurs qui lui permettent de voyager par procuration ? En tout cas, c’est une très belle rencontre et je regrette alors un peu de ne pas avoir fait du couchsurfing plus tôt, car il est très agréable de rencontrer quelqu'un de si sympa dès mon arrivée.

A vrai dire, avec le couchsurfing, je me doutais que je rencontrerais des gens sympathiques et curieux (même si chaque expérience est différente), car le concept rassemble naturellement des personnes ouvertes et généreuses. Mais comme j’aime aussi beaucoup les auberges de jeunesse, car j’y rencontre beaucoup de backpackers dans la même situation que moi, je ne m’étais donc pas trop penché sur la question… Et puis, il y a aussi le fait que l’organisation du couchsurfing nécessite du temps, car il faut souvent contacter de nombreuses personnes pour avoir une chambre. Bref, dans mon esprit, je ne voulais donc l’utiliser que dans les pays dont le coût de la vie est élevé pour éviter de dépenser des fortunes pour un petit dortoir comme à Singapour ou Hong-Kong (où je n'ai pas pu le faire) par exemple, mais après cette première rencontre, je me dis que j’ai peut-être eu tord de penser ainsi... Tant pis ! Et c'est donc sur cette pensée ambivalente que je m'endors pour ma première nuit à Singapour.

 

Singapour ou la ville du Lion, petite présentation : L'île de Singapour, presque vide d'habitants, entre dans le domaine colonial néerlandais vers 1685, mais le territoire n'est pas mis en valeur, car les Néerlandais se concentrent sur Malacca.

En 1819, le Britannique sir Thomas Stamford Raffles acheta — pour 33 000 dollars espagnols (pesos) — l'île au Sultan de Johor, Hussein Shah, et en prit le contrôle pour contrôler et faire face à une éventuelle domination commerciale des Néerlandais dans la région. Ainsi, Singapour devint une base navale britannique importante, qui permettait de contrôler le passage à travers le détroit de Malacca. Les Néerlandais sont eux, maintenus plus au sud, pour éviter toute tentative colonialiste française.

La domination de la couronne britannique sur Singapour, « le Gibraltar de l'Extrême-Orient », durera jusqu'à l'indépendance en 1965 (indépendance de la couronne britannique mais aussi de la Malaisie). Durant cette période de domination, l'immigration se développera beaucoup car les Britanniques font venir autant de travailleurs que possible (chinois, et indiens) pour développer le commerce qui ne doit être entravé par aucune considération ethnique ou religieuse. La colonisation britannique ne sera alors troublée que par l'occupation japonaise pendant la 2nde guerre mondiale, une période qui constitue pour les habitants « les années les plus sombres de l'histoire de Singapour » car on estime qu'entre 20 000 et 100 000 Chinois furent tués, tandis que d’autres ont fait l’objet d’expérimentations humaines par des chercheurs nippons, devenant de véritables cobayes humains, à l’image de ce qu’a fait le professeur nazi, Josef Mengele.

Aujourd'hui, Singapour est reconnue internationalement comme un modèle de réussite économique, et de transparence. Singapour est d'ailleurs à ce titre, avec la Corée du Sud, Taïwan, et Hong Kong, l'un des quatre « dragons » d'Asie. C'est à dire que Singapour figure parmi les quelques Etats qui sont les véritables moteurs économiques asiatiques, malgré leur petite taille. Il va donc sans dire qu'en conséquence, Singapour possède une économie prospère, moderne, caractérisée par un environnement ouvert et exempt de corruption, des prix stables et un des plus élevé PIB par habitant au monde.

A savoir aussi que son économie repose principalement sur des services bancaires et financiers de très haute importance (deuxième place financière d'Asie après le Japon). Et donc inévitablement, cela suscite toutes les convoitises, et donc justifie de forts taux d’immigration : D’ailleurs, en 2010, la ville compte 5 millions d'habitants, contre moins de 1 million en 1947. Et donc aujourd’hui, après Monaco, Singapour possède la densité de population la plus élevée au monde. Une population qui est répartie par communautés dans les ruelles des anciens quartiers malais, chinois ou indien. La diversité ethnique de la population Singapourienne est donc très importante bien que les Chinois (qui dominent l’Etat économiquement) composent 76 % de la population. Ironiquement, les Malais qui constituent le peuple autochtone ne représentent, eux, que 14 %. Les Indiens, 8 %, et le reste de la population provient de divers pays, notamment d’Occident.

 

Pour mon unique journée de visite, je n’ai vraiment pas de chance, car une grosse averse s’abat sur la ville depuis le matin… Du coup, nous partons explorer la ville malgré le mauvais temps, mais un peu tardivement, ce qui n’est pas très plaisant.

A cause de la météo, le programme de la journée est donc assez « light », et comme Riska me le conseille, nous allons sur l’île de Sentosa, une station touristique à quelques encablures de l’île principale. Nous y allons alors en train, et je dois dire que non seulement les transports en commun sont très bien entretenus, mais en plus, ils sont à la pointe de la technologie, et toute cette organisation, et cette efficacité typiquement asiatique, est très impressionnante… Et d'ailleurs, elle n'est pas sans me rappeler les villes chinoises que j'ai déjà visitées (et mieux encore, car je trouve Singapour plus moderne).

Parmi les attractions sur place, on peut citer une plage de sable blanc longue de 2 km, le Fort Siloso, des parcours de golf parfaitement entretenus, des hôtels 5 étoiles, et le Resorts World Sentosa, comprenant le parc à thème Universal Studios…

P1300289

Universal Studios

P1300294

Riska, mon hôte indonésienne

P1300298

Arrivée à Sentosa Island

P1300305

Plage de sable blanc artificielle

Apparemment, tous les touristes asiatiques raffolent de cet endroit, mais pour ma part, je ne suis pas vraiment fan de tout ça, car au bout du compte, je ne peux pas faire la moindre activité sur place, les tarifs pour le parc d’attractions étant trop chers… J’ai peut-être donc fait un mauvais choix en venant ici, mais je ne le dirais pas à Riska qui a bien voulu m’accompagner très gentiment, malgré la pluie, surtout qu'elle pensait sans doute me faire plaisir en m'emmenant ici. Il faut dire que les asiatiques, en règle générale, adorent tous ces resorts, ces hôtels prestigieux, ces paradis artificiels ! Bref, ils aiment l'extravagance, le luxe, etc… ce que je savais déjà ! Donc, encore une fois, je n'en veux absolument pas à Riska, qui m'avait recommandé cette île (tout comme l'indien du taxi de la veille par ailleurs), mais qui était prête à me suivre à d'autres endroits de la ville car elle ne savait pas ce que je voulais faire (je plaide coupable à ce sujet, car je ne me suis pas renseigné au sujet de Singapour au préalable). Et donc, dans le doute, il lui paraissait tout naturel que je veuille me rendre ici, dans un parc d'attractions en sachant que je suis en vacances car elle ne pouvait pas savoir, que pour ma part, je fais tout pour éviter cette ambiance délétère et ce clientélisme malsain, car j’ai toujours l’impression de gaspiller de l’argent inutilement, et de rencontrer des gens superficiels… Quoique je ne sois pas contre l'idée, de temps en temps, mais à condition d'avoir du temps à perdre.

Au final, ce que je regrette surtout avec le recul, c'est donc de ne pas avoir eu le temps de visiter d’autres lieux sans doute plus intéressants, comme la chapelle et le musée du camp de Changi (pour l’histoire Singapourienne durant la 2nde guerre mondiale), le  musée des civilisations asiatiques, ou encore le musée national de Singapour et puis surtout le très célèbre jardin botanique, incontournable en théorie ! Tant pis… De toute façon, la pluie a gâché l’essentiel de la journée et ça, on ne pouvait rien y faire…

En fin de journée, le soleil de retour, nous parcourons alors ensemble un quartier haut en couleur d’architecture originale, Little India, puis nous nous rendons au centre-ville, très moderne et vertical, et donc très impressionnant ! Pour ceux qui en doutaient encore, après la Chine, l'Inde, et la Thaïlande, l’architecture de Singapour devrait donc finir de toute façon par les convaincre : L’avenir économique du monde se situe en Asie !

P1300324

'Little india', c'est amusant car en vérité le quartier ne ressemble en rien à l'Inde qui est beaucoup plus désarticulée

P1300327

P1300332

P1300337

Architecture ultramoderne abritant un complexe comercial important de la ville, avec diverses marques de luxe

P1300343

P1300346

Spectacle de rue, très impressionnant - avec deux jeunes acrobates de rue

Nous allons ensuite faire les courses avec Riska, qui prévoit de faire à manger ce soir. Très bonne cuisinière, elle me prépare des spécialités asiatiques délicieuses. Puis ensuite, pour la soirée, nous allons ensemble explorer à nouveau le centre-ville, toujours fabuleux, une fois la nuit tombée avec en point d’orgue Clark quay, très prisé par les expatriés pour ses restaurants et ses soirées endiablées, et Marina Bay, le cœur historique avec son fameux hôtel « Marina Bay Sands », véritable bijou d’architecture moderne. Pour info, c’est un énorme complexe hôtelier comportant 2 600 chambres, un casino et un musée. Officiellement ouvert depuis 2010, il aurait coûté 8 milliards de dollars. Après cette belle soirée, nous nous rendons dans un Food Court, où nous mangeons à nouveau, ce qui me permet de découvrir de nouvelles spécialités pour pas cher, avant de rentrer.

P1300397

P1300403

Les fruits de mers & crustacés ont beaucoup de succès ici, et les clients aiment les sélectionner dans le restaurant avant de les manger

P1300421

P1300441

Marina Bay côté terres

P1300460

P1300464

P1300467

Marina Bay

Bref, après une journée sympa mais frustrante à cause de la météo, je dois dire que j’ai passé une superbe soirée, car j'ai pris énormément de plaisir à me balader dans la ville de Singapour qui est éblouissante avec toutes ses lumières qui inondent la ville et qui se reflétent admirablement dans la rivière !

 

 

Pour ma dernière journée, je préfère me rendre directement à l’aéroport en taxi plutôt que de m’aventurer en ville avec mes bagages. Et donc, mon temps à Singapour aura été très court… Et je n’ai pas tout vu… Cela dit, je suis très content d’avoir découvert cette ville ultramoderne, véritable joyau asiatique, avec une économie hyper-compétitive notamment. Et donc, être ici ou à Hong-Kong aujourd’hui, en tant qu’immigré (ou expatrié), procure peut-être le même sentiment que celui qui était à New-York au début du XXe siècle, c'est à dire le sentiment d'être au coeur d'une cité qui est amené à régner et à dominer le monde ! Mais enfin, il faut rester prudent dans toutes ses prédictions, car l’histoire est complexe, et de grands bouleversements sont encore possibles !

En tout cas, toute chose égale par ailleurs, je reste très impressionné par Singapour, qui est une République très stricte, mais bien plus efficace que la république française, qui, à titre d'exemple, bien que plus démocratique, est bien plus divisée, et souffre de bien plus de contradictions internes. Il faut dire que cet Etat dominé par les Chinois, est situé à un carrefour important de l’Asie (détroit de Malacca) et donc son économie, la qualité de vie qui y règne et la culture asiatique naturellement pacifique facilite de beaucoup l'unité avec les différentes minorités ethniques et donc par là même, l'établissement d'un gouvernement qui fonctionne de manière pérenne.